La culture du poivre de Kampot

Les plans de poivre

La culture du poivre se fait par bouturages de plans provenant de plantations existantes se trouvant dans le territoire couvert par l'IGP (Provinces de Kampot et Kep). Si les Khmers Rouges ont réduit à néant les plantations lors de la révolution de 1975 pour les remplacer par des rizières, des paysans en ont relancé, d'abord sur de petites surfaces, la production à la fin des années 90. Le poivrier grandit pendant 3 ans avant de produire des graines de poivre. S'il peut vivre jusqu'à 30 ans, sa productivité décline fortement après les 15 premiers années. Un poivrier peut produire environ 2 à 3 kgs de poivre par an.

Les plants poussent le long de poteaux de 4 mètres de haut. Un long travail consiste à attacher la tige du poivrier le long du poteau à l'aide de filaments naturels issus d'écorce de bois.

Les plants sont également protégés contre le soleil, particulièrement fort en été.

plantation poivre de Kep

La plantation

La fertilisation

Pour la culture du poivre de Kampot, les fertilisants utilisés sont tous d’origine naturelle, en effet le cahier des charges IGP interdit l’utilisation de tout engrais chimique. Le désherbage est quotidien et les mauvaises herbes sont recyclées en compost.

Plantation poivre de Kep

La plantation

L'irrigation

L'eau est primordiale à la culture du poivre. L'eau utilisée ici provient d'un réservoir de Kampong Trach construit au début des années 70 récoltant les eaux de pluies de la saison humide.

Le barrage de Kampong Trach

Le barrage de Kampong Trach

La récolte

Les grains sont tous ramassés à la main puis séchés au soleil. Ils sont ensuite triés et nettoyés à la main, puis sélectionnés de manière minutieuse.

Le tri du poivre

Le tri du poivre